Éditions divergences
3, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris

contact@editionsdivergences.com

LES CHEMINS DU COMMUNISME LIBERTAIRE EN ESPAGNE – DEUXIÈME VOLUME
Myrtille, giménologue

Paru le 11.11.18
330 pages
16 euros
ISBN : 9791097088118

Paru le 11.11.18
330 pages
16 euros
ISBN : 9791097088118

Après avoir retracé les moments forts de la rencontre entre des prolétaires espagnols et l’anarchisme au temps de la Première Internationale, l’auteur aborde ici les conditions de l’émergence de la CNT, seule organisation de masse porteuse d’un projet révolutionnaire communiste libertaire à partir de 1919 en Europe. Mais au cours de la longue gestation de l’anarcho-syndicalisme, synthèse fluctuante et composite du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme communaliste, le projet de sortie du capitalisme – sans phase de transition, avec abolition de l’État, du salariat et du marché – fut confronté au révisionnisme d’une partie du mouvement syndicaliste en fonction duquel la classe du « travail » devait s’adapter au « panorama économico-industriel du monde » avant d’envisager de succéder à la bourgeoisie.
Cet ouvrage retrace les étapes et les modalités de ce débat fondamental, et pas si inactuel, sur fond d’une guerre sociale qui prit bien souvent des allures de « guerre civile à l’essai ».

Après avoir retracé les moments forts de la rencontre entre des prolétaires espagnols et l’anarchisme au temps de la Première Internationale, l’auteur aborde ici les conditions de l’émergence de la CNT, seule organisation de masse porteuse d’un projet révolutionnaire communiste libertaire à partir de 1919 en Europe. Mais au cours de la longue gestation de l’anarcho-syndicalisme, synthèse fluctuante et composite du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme communaliste, le projet de sortie du capitalisme – sans phase de transition, avec abolition de l’État, du salariat et du marché – fut confronté au révisionnisme d’une partie du mouvement syndicaliste en fonction duquel la classe du « travail » devait s’adapter au « panorama économico-industriel du monde » avant d’envisager de succéder à la bourgeoisie.
Cet ouvrage retrace les étapes et les modalités de ce débat fondamental, et pas si inactuel, sur fond d’une guerre sociale qui prit bien souvent des allures de « guerre civile à l’essai ».

PRESSE ———————————————————–

LES CHEMINS DU COMMUNISME LIBERTAIRE EN ESPAGNE – DEUXIÈME VOLUME
Myrtille, giménologue

Paru le 11.11.18
330 pages
16 euros
ISBN : 9791097088118

Paru le 11.11.18
330 pages
16 euros
ISBN : 9791097088118

Après avoir retracé les moments forts de la rencontre entre des prolétaires espagnols et l’anarchisme au temps de la Première Internationale, l’auteur aborde ici les conditions de l’émergence de la CNT, seule organisation de masse porteuse d’un projet révolutionnaire communiste libertaire à partir de 1919 en Europe. Mais au cours de la longue gestation de l’anarcho-syndicalisme, synthèse fluctuante et composite du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme communaliste, le projet de sortie du capitalisme – sans phase de transition, avec abolition de l’État, du salariat et du marché – fut confronté au révisionnisme d’une partie du mouvement syndicaliste en fonction duquel la classe du « travail » devait s’adapter au « panorama économico-industriel du monde » avant d’envisager de succéder à la bourgeoisie.
Cet ouvrage retrace les étapes et les modalités de ce débat fondamental, et pas si inactuel, sur fond d’une guerre sociale qui prit bien souvent des allures de « guerre civile à l’essai ».

Après avoir retracé les moments forts de la rencontre entre des prolétaires espagnols et l’anarchisme au temps de la Première Internationale, l’auteur aborde ici les conditions de l’émergence de la CNT, seule organisation de masse porteuse d’un projet révolutionnaire communiste libertaire à partir de 1919 en Europe. Mais au cours de la longue gestation de l’anarcho-syndicalisme, synthèse fluctuante et composite du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme communaliste, le projet de sortie du capitalisme – sans phase de transition, avec abolition de l’État, du salariat et du marché – fut confronté au révisionnisme d’une partie du mouvement syndicaliste en fonction duquel la classe du « travail » devait s’adapter au « panorama économico-industriel du monde » avant d’envisager de succéder à la bourgeoisie.
Cet ouvrage retrace les étapes et les modalités de ce débat fondamental, et pas si inactuel, sur fond d’une guerre sociale qui prit bien souvent des allures de « guerre civile à l’essai ».

PRESSE ———————————————————–