« Alternatives » à la prison

Peu après la publication de Surveiller et punir, Michel Foucault est amené à répondre à la question suivante : « Y a-t-il des « alternatives » à la prison ? » Foucault doute que l’imposition croissante de conditions restrictives en dehors de l’enceinte de la prison témoigne d’une rupture avec l’emprisonnement ; le progressisme pénal et le développement de techniques de surveillance sembleraient aller de pair.

14.00 

Rupture de stock

Nombre de page:
Collection:

Partagez cette page sur

Description

Peu après la publication de Surveiller et punir, Michel Foucault est amené à répondre à la question suivante : « Y a-t-il des « alternatives » à la prison ? » Foucault doute que l’imposition croissante de conditions restrictives en dehors de l’enceinte de la prison témoigne d’une rupture avec l’emprisonnement ; le progressisme pénal et le développement de techniques de surveillance sembleraient aller de pair.

Ainsi ne s’agit-il pas tellement d’inventer des « alternatives », mais plutôt de savoir si l’on souhaite diffuser ou faire décroître le contrôle social. La lecture rétrospective d’« Alternatives » à la prison, loin de tarir les questionnements sur l’actualité criminologique, suscite de nombreuses interrogations quant à l’extension d’une société policée. Des textes de Sylvain Lafleur, Toni Ferri et Anthony Amicelle viennent actualiser cette analyse.