Libérons-nous du travail

En partant du printemps 2016

Le Comité érotique révolutionnaire nous propose ici un approfondissement théorique de cette critique du « travail », de plus en plus vécu comme une souffrance intolérable, comme toujours plus précaire et en aucun cas désirable et pourtant affirmé comme l’horizon indépassable de notre temps.

5.00 

Nombre de page:
Collection:
Partagez cette page sur

Description

Le mouvement d’opposition au projet de loi-travail du Printemps 2016, s’il n’a pas vaincu, a donné lieu à une série de décalages vis-à-vis des formes habituelles de contestation. S’il s’agissait évidemment de se battre contre une loi rétrograde, ce que l’on a pu sentir au sein des cortèges, des occupations ou des blocages, c’est surtout une colère grandissante vis-à-vis de ce monde et son travail. Le « travail », pourtant affirmé comme l’horizon indépassable de notre temps, n’y a pas moins été critiqué comme une souffrance intolérable, comme toujours plus précaire, et en aucun cas désirable. Il s’agit précisément d’un approfondissement théorique de cette critique dans ce texte du Comité érotique révolutionnaire.